Château d'Escot 2012

Envoyer à un ami
13,50 € TTC
  • Quantité nette : 0,750 L, soit 18€/L
  • Volume (L) : 0,750
  • Poids (Kg) : 1,400
- +

Le merlot

C’est le cépage le plus produit au monde. On le cultive sur tout le Vieux Continent comme dans le Nouveau Monde. Mais qu’on ne s’y trompe pas : c’est sur les rives de la Gironde qu’il a pris racine. Dans le Libournais tout d’abord avant de conquérir le reste du vignoble bordelais. S’il donne de jolis vins en “solo”, c’est en l’associant à d’autres cépages que l’on en tire la quintessence. Il forme ainsi un couple parfait avec le cabernet-sauvignon, autre gloire bordelaise. Il lui apporte de la douceur, du velours en bouche, enrobant de sa belle rondeur les angles vifs de son compagnon d’assemblage. Il donne aux vins qui le contiennent des arômes gourmands de fruits rouges, et des notes délicates de fleurs blanches.

 

Le cabernet-sauvignon

 

Depuis le XVIIIe siècle, ce métis né d’un cabernet franc et d’un sauvignon blanc fait le bonheur des vignerons du Médoc. Et des autres aussi ! Ces dernières décennies, il a conquis la plupart des grands vignobles de la planète. Sa grande facilité de culture n’est sans doute pas étrangère à cette expansion. Avec sa peau épaisse, il résiste bien au gel et à la pourriture. Capable de s’enraciner très profondément pour aller chercher ses nutriments, il s’accommode tout autant de la sécheresse.
S’il est désormais le deuxième cépage le plus produit au monde, c’est sur ses terres d’origines qu’il donne aujourd’hui encore ses plus nobles expressions. Il faut dire qu’il se plait tout particulièrement dans les graves de la péninsule médocaine. Particulièrement drainantes, restituant à la nuit tombée la tiédeur accumulée par leurs galets et graviers, ces terres lui apportent cette chaleur dont il a tant besoin pour mûrir lentement mais sûrement.
C’est en effet en se gorgeant de soleil qu’il élimine les pyrazines, ces molécules responsables de cet arôme de “poivron vert” auquel on l’associe trop souvent. Mûr, en revanche, il ne délivre aucun parfum herbacé mais des arômes généreux et flatteurs de cassis, de framboise ou de violette. Avec le temps, ils évoluent sur des notes de cuir, de havane, d’épices. Or, du temps, le cabernet-sauvignon n’en manque pas lui qui, particulièrement riche en tanins, possède une aptitude rare au vieillissement.

 

 

 

Le petit verdot

Cet enfant des Pyrénées a bien failli disparaître, faute d’un murissement jugé trop tardif. Une caractéristique à laquelle il doit son nom, un dérivé de “petit vert” ! Mais voilà que l’évolution du climat et la hausse des températures qui l’accompagne, ont remis ce joli cépage sur le devant de la scène. Notamment dans le Médoc. Certes, il y reste encore très marginal par rapport au merlot et au cabernet-sauvignon, mais il est apprécié pour ses vertus amélioratrices. « C’est le sel de l’assemblage”, confie Bruno Rouy, le mentor du Château Escot. Il suffit de peu pour qu’il apporte aux vins de la charpente, de la complexité, une pointe d’acidité et des notes épicées fort appréciées des dégustateurs avertis

publicité Achatville